Des formations spécifiques à l'accompagnement du deuil périnatal

La formation à l’accompagnement du deuil périnatal s’est développé de manière évidente depuis quelques années au sein de l’association Agapa, forte de son expertise spécifique dans ce domaine.

Il est dans la logique de notre engagement de la diffuser et d’en faire bénéficier ceux qui, dans leur métier ou leur bénévolat (sages-femmes, aides-soignantes, gynécologues, infirmiers, travailleurs sociaux, aumôniers d’hôpitaux, …), sont confrontés à des personnes traversant ce type d’épreuve.

Nous développons donc depuis 2011 une formation spécifique à leur intention : « accueillir et écouter les personnes touchées par une grossesse interrompue ». Cette formation a pour objectifs de mieux discerner ce type de détresse, mieux comprendre sa complexité et à donner des clefs pour l’accompagnement. Elle associe apports théoriques, échanges d’expérience, mises en situation, recherches individuelles et en groupe.

Conçue et animée par des accompagnantes d’Agapa, en collaboration avec notre psychologue-conseil, chaque session de formation rassemble une douzaine de personnes pendant 2 jours.

Il y a généralement 2 à 3 sessions de formation chaque année. Les prochaines formations auront lieu à Paris  et les 14 et 15 mars 2019 et les 7 et 8 novembre 2019

Nous nous déplaçons également dans vos locaux, pour la réaliser en intra, sur demande des établissements qui le souhaitent. Cela permet d’harmoniser la prise en charge du deuil périnatal dans les maternités, les hôpitaux, les cabinets médicaux… La formation proposée, sur 2 jours, répond spécifiquement aux attentes des professionnels de santé : « accueillir et écouter les personnes touchées par un deuil anté ou périnatal ».

Si vous êtes intéressé, contactez-nous via notre formulaire de contact, par email ou téléphone au 01 40 45 06 36.

 

Depuis que cette formation existe, nous avons eu le plaisir d’en faire bénéficier plus de 250 professionnels en demande d’approfondissement sur ces sujets : professionnels de santé (sage-femme, aide-soignant, auxiliaire de puériculture, médecin, infirmier etc) ou professionnel de l’écoute (psychologue, conseillère conjugale etc) le plus généralement. Mais également des personnels de PMI ou de Caisses d’allocations familiales.

De nombreuses maternités nous ont ainsi fait confiance pour sensibiliser de manière récurrente leurs équipes à l’accompagnement du deuil périnatal, notamment à Poissy, Saint Denis, Rouen et les CHU d’Angers, Cholet.

Penser ensemble

Friendly practitioner

Forte de son expérience, Agapa prend activement part aux débats des professionnels sur les questions du deuil ante et périnatal. Elle participe à des colloques de professionnels et répond dans la mesure du possible aux demandes d’intervention qui lui sont faites.

A Paris ou en régions, Agapa est de plus en plus sollicitée pour répondre à des demandes de rencontres ou d’interventions diverses : étudiants travaillant sur un mémoire, psychologues, colloques, centres hospitaliers…

Pour ses 20 ans d’existence, Agapa a organisé un colloque, le 22 septembre 2014, sur le thème « Mort périnatale – Comprendre et mesurer son retentissement pour mieux accompagner ceux qui y sont confrontés ». Ce colloque fut l’occasion de débats passionnants autour de 4 tables-rondes :

  • Un deuil complexe aux impacts multiples
  • Souffrance et malaise des soignants
  • Prendre soin de soi pour prendre soin de l’autre
  • Développer en réseau un travail de soutien dans la durée

Pour plus d’informations, téléchargez les actes du Colloque

Ils nous font confiance

Agapa travaille avec de nombreux acteurs concernés, à titres divers, par le deuil ante et périnatal : médecins, sages-femmes, associations, auteurs …

La confiance qu’ils nous accordent nous honore et nous oblige.

Docteur Botte-Guingant, gynécologueJe pense à ces femmes qui découvrent, souvent à l’occasion d’une échographie, première rencontre attendue avec leur enfant, qu’il est malformé. En plus de leur déception, s’ajoute un sentiment d’injustice et de culpabilité. C’est peu dire qu’elles vivent cette annonce comme un cataclysme et leur première réaction est de vouloir en finir au plus vite.Mais…+Docteur Séjean, accoucheur-gynécologueIl arrive qu’une femme enceinte pense qu’elle ne peut ou ne doit pas garder sa grossesse. A ce moment là, elle pense qu’elle n’a pas d’autre choix. Quoiqu’il en soit, mon expérience me fait dire qu’aucune femme ne vit une IVG pour le plaisir. Certaines d’entre elles gardent des blessures psychologiques, le plus souvent enfouies,…+Chantal Papin, psychologue clinicienne-PsychothérapeuteDans notre société,  la mort d’un bébé en cours de grossesse ou à la naissance est bien souvent chez les mères, les pères un événement difficile à partager avec l’entourage. Dans ma pratique de psychologie clinicienne, aussi bien dans les services hospitaliers qu’en PMI, j’ai pu entendre la souffrance des femmes refaire surface lors de…+
Gilles Grangé, gynécologue obstétricien échographe Maternité Port-RoyalDiscrètement est le qualificatif le plus adapté au travail qu’AGAPA a entrepris depuis de nombreuses années. Qu’ils soient remerciés de cet accompagnement apparemment si simple. De nombreuses femmes y trouvent leur compte. Elles repartent avec un nouvel élan dans la vie. AGAPA a pris les moyens d’écouter en vérité l’histoire de chaque femme qui vient…+Odile Davy, CAF 77La Caisse d’allocations familiales propose une offre de service « Accompagner les familles endeuillées »En tant qu’agent de développement social, nous avons un rôle d’accompagnement, qui au travers de celui ci, est d’aborder une de nos missions premières « l’accès aux droits »Cette mission est une « porte d’entrée » qui permet d’aller au delà de ces aspects purement administratifs en…+