Témoignages de ce qui se vit chez Agapa

Cet été, Agapa vous propose de mieux comprendre ce qui se vit au sein de l’association en compilant quelques témoignages des personnes que nos écoutantes ont accueilli cette année.
Qui sont ces hommes et ces femmes qui ressentent le besoin de déposer, de partager, de faire entendre leurs émotions ? Qu’ont ils vécu ? Quels sont les bénéfices des accompagnements Agapa ?

M. a suivi un parcours individuel à la suite d’une IVG ;
A. a contacté l’association suite à un arrêt naturel de grossesse ;
A. est un homme,  il a contacté l’association après une IVG ;
P. a vécu une IVG, elle a suivi un parcours individuel ;
K. a vécu plusieurs arrêts naturels de grossesse, elle a suivi un parcours individuel en visio, depuis le Canada.

Nous avons publié ici les derniers témoignages reçus. Ils ne sont pas représentatifs de toutes les situations que l’association accompagne. Pour avoir une vision plus complète, RV sur la rubrique Témoignages.
Vous pourrez également visionner les témoignages des bénévoles accompagnantes, qui expliquent ce que leur engagement chez Agapa implique et apporte.

Pour soutenir les missions d’Agapa, vous pouvez faire un don sécurisé ici.

NB : ces témoignages sont publiés tels qu’ils nous ont été livrés. Ils n’engagent que leurs auteurs.

Organisation d'été

L’association Agapa a du repenser ses possibilités d’accueil pendant l’été. En effet, la grande majorité des accompagnantes prend un repos nécessaire à un soutien en pleine confiance.
L’association a donc mis en place une organisation permettant de maintenir un accueil d’urgence pour les personnes en très grande souffrance jusqu’au 27 juillet, puis à partir du 16 août 2022.

Le formulaire de contact mail ne sera plus accessible du 16 juillet au 5 septembre 2022.
Il sera possible de laisser un message sur le répondeur téléphonique au 01 40 45 06 36 pour un premier entretien d’accueil, à distance, jusqu’au 27 juillet puis à partir du 16 août 2022.

De nombreuses ressources extérieures sont disponibles. Nous vous invitons à les consulter sur la rubrique dédiée.

Les accompagnantes seront de nouveau pleinement disponibles, à la rentrée, pour des parcours individuels, des cafés-rencontres, des groupes de parole.

 

LES INITIATIVES POSITIVES : construire un lieu de recueil au sein de l'hôpital Louis Mourier

Agapa a souhaité mettre en avant des initiatives positives relatives au deuil périnatal et aux grossesses interrompues.
Des initiatives émanant des soignants, des parents, des administrations, des professionnels du funéraire, des associations etc.
Des initiatives permettant un meilleur accompagnement des parents.
Faire connaître ce qui se fait, ce qui existe, pour susciter des projets, donner des idées, mettre en mouvement, sensibiliser au vécu des parents…

Les soignants s’engagent

Partons à Colombes, en région parisienne, et plus précisément le service de gynécologie/obstétrique de l’hôpital Louis Mourier au sein duquel une équipe de soignants a décidé de construire un lieu de recueil dédié au deuil périnatal à l’hôpital.
Leur expérience d’accompagnement leur a montré que le chemin de deuil des parents ayant perdu un bébé au cours d’une grossesse passe par la possibilité d’honorer la mémoire de leur tout-petit.
Ainsi, les sage-femmes, gynécologues, infirmières, psychologues, ont voulu permettre aux parents endeuillés de pouvoir se recueillir là où leur bébé a été connu, au sein d’un environnement et d’une équipe qui ont été témoins de cette existence.
Jusqu’à présent, les parents qui veulent se recueillir peuvent le faire lors de la cérémonie des tout-petits organisée chaque trimestre par le crématorium du Père Lachaise autour d’une stèle dédiée au deuil périnatal. Ce lieu, qui a le grand mérite d’exister, peut paraître trop anonyme pour certains, trop loin de leur parcours personnel.

Un lieu de recueil dédié au deuil périnatal

L’équipe soignante a associé des parents endeuillés à cette démarche pour travailler conjointement à son élaboration et retranscrire précisément leurs attentes : ne pas oublier l’existence et la réalité du passage de leur tout-petit, pouvoir vivre un rituel dans un lieu connu, permettre le devoir de mémoire…
C’est ainsi qu’est née l’idée d’aménager un lieu de recueil dédié au deuil périnatal, dans un petit jardin au sein de l’hôpital Louis Mourier, en toute intimité.

Une sculpture pour donner forme aux souvenirs

Le sculpteur Philippe Deloubières a accepté de créer ce qui viendra donner une forme à la mémoire et aux souvenirs, lier les événements passés avec le présent. « Je souhaiterais que ma sculpture conçue spécialement pour ce jardin soit reçue et regardée comme une présence chargée d’humanité et de douceur, une forme qui à la fois nous enveloppe et nous échappe en partie. »

Astrid Brunswick, psychologue au sein du service gynécologie/obstétrique de l’hôpital Louis Mourier, membre de l’équipe initiatrice de ce projet a accepté de répondre à nos questions. Nous vous invitons à visionner le replay de ce live, disponible également sur le compte Instagram de l’association Agapa. Pour s’inscrire au groupe de parole qu’elle anime régulièrement au sein de l’hôpital, vous pouvez envoyer un mail à diagnostic.antenatal@lmr.aphp.fr
Vous pouvez également télécharger le dossier de présentation du projet.

POUR SOUTENIR CE PROJET, VOUS POUVEZ FAIRE UN DON EN LIGNE EN CLIQUANT ICI.

 

Pour suivre les prochaines initiatives positives du deuil périnatal, vous pouvez nous rejoindre sur nos réseaux sociaux, ou vous inscrire à la newsletter Agapa.

Agapa relaie une étude sur les photos dans le cadre du deuil périnatal

Agapa relaie régulièrement des études visant à améliorer l’accompagnement du deuil périnatal ou la sensibilisation sur les sujets que nous accompagnons. Aujourd’hui c’est Estelle Cotte Raffour, infirmière, qui démarre une étude sur les photos dans le cadre du deuil périnatal.

Cette étude s’adresse aux parents ayant perdu il y a plus de 2 mois, un enfant après 18 semaines de grossesse, à la naissance ou dans les 7 premiers jours de vie.
Elle vise à évaluer leur ressenti aujourd’hui et leur éventuelle utilisation de photo, dessin ou tatouage.

Si vous souhaitez participer à cette étude, vous pouvez cliquer ici

Sensibiliser sur les arrêts naturels de grossesse

Une association, trois missions

L’association Agapa poursuit trois missions allant chacune dans le sens d’un meilleur accompagnement des interruptions de grossesse et du deuil périnatal.

1. Écouter et soutenir toutes les personnes qui ressentent le besoin d’être aidées après une interruption de grossesse ou un deuil périnatal, quelle qu’en soit la cause : IVG, IMG, arrêt naturel de fausse couche, mort in utero, deuil périnatal, grossesse extra-utérine etc.
Ce soutien peut prendre trois formes : un accompagnement individuel, un café-rencontre ou un groupe de parole.

2. Former les professionnels de santé, de l’écoute et de la périnatalité. Une formation sur deux jours intitulées : « Accueillir et écouter les personnes touchées par une grossesse interrompue ». Cette formation est organisée à Paris et en Province par Agapa et dans toutes les structures qui en font la demande.

3. Sensibiliser sur les thématiques que nous accompagnons, pour que le grand public prenne conscience de la souffrance qui peut découler de ces différents vécus. Briser les tabous, libérer la parole, se tenir aux côtés des pouvoirs publics pour une meilleure reconnaissance du deuil périnatal et des grossesses interrompues.

Sensibiliser sur les arrêts naturels de grossesse

Agapa se félicite de voir actuellement de nombreux articles et émissions consacrées aux arrêts naturels de grossesse (fausses-couches). Parmi ces nombreux articles, L’Obs, Biba, Radio Notre Dame, La Croix, France Inter ou Madame Figaro ont eu l’envie de donner la parole à des représentants d’Agapa, ou à des personnes accompagnées par l’association. Nous les en remercions infiniment. Cela nous paraît tellement important que les personnes souffrant d’une fausse-couche puissent trouver de l’aide lorsqu’elles en ont besoin.
Contribuer à la sensibilisation du grand public, briser le tabou et permettre aux couples de s’exprimer sur le sujet. Un enjeu majeur pour un meilleur accompagnement des personnes confrontées à un arrêt naturel de grossesse.
Les liens vers les articles sont disponibles dans la rubrique Agapa dans les medias du site internet.

 

Vous souhaitez soutenir les différentes missions de l’association Agapa, vous pouvez faire un don sécurisé ici.
Pour être tenu au courant des actualités du deuil périnatal et de l’association, vous pouvez vous inscrire à la newsletter

 

Venez renforcer l'équipe de bénévoles accompagnant.e.s d'Agapa

QUI ?

Vous avez au moins 35 ans, vous êtes reconnu(e) pour vos qualités d’empathie et d’accueil bienveillant, sans jugement.
Vous êtes prêt(e) à vous faire bousculer personnellement.
Vous êtes à l’aise avec les outils visio et vidéo.
Vous êtes intéressé(e) pour suivre le parcours de formation à l’écoute et au deuil périnatal d’Agapa.
Vous avez la disponibilité nécessaire pour vous engager régulièrement comme accompagnant(e) en visio ou en face à face.
Vous aimez soutenir, être avec, écouter et entendre les personnes en souffrance.

OÙ ?

L’association AGAPA recherche des bénévoles écoutant.e.s dans toute la France pour venir en renfort des équipes déjà en place, ou créer des antennes là où il n’y en a pas.

QUELLE ASSOCIATION ?

Agapa propose, depuis 1994, écoute et accompagnement aux personnes touchées par la perte d’un bébé autour de la naissance ou par une grossesse interrompue quelle qu’en soit la raison : mort in utero, IVG, arrêt naturel de grossesse (fausse-couche), IMG…
Cette écoute peut prendre trois formes : cafés-rencontres, groupes de parole ou accompagnements individuels.
Aujourd’hui ce sont 60 bénévoles, d’ancrage chrétien, qui animent un réseau de 20 antennes à Paris, Région Parisienne et dans de nombreuses villes de province.

COMMENT ?

Une session de formation se déroulera du 21 au 26 novembre 2022 en région parisienne.
Vous déterminez le temps que vous souhaitez consacrer à votre bénévolat.

ENVIE D’EN SAVOIR PLUS ?

Vous pouvez visionner les témoignages d’accompagnantes, lire les témoignages des personnes accompagnées.

RENSEIGNEMENTS ET CANDIDATURES :

Pour postuler, contactez directement nos coordinatrices au 01 40 45 06 36 ou par mail contact@agapa.fr en expliquant votre parcours et vos motivations.

 

Vous n’avez pas la disponibilité nécessaire pour devenir accompagnant.e. mais souhaitez néanmoins soutenir la mission d’Agapa, vous pouvez faire un don en cliquant ici.

 

 

Formation continue des accompagnantes

Un week-end de formation continue pour les accompagnantes.

Les accompagnantes de l’association Agapa ont eu la joie de se retrouver pour un week-end de séminaire fin mars 2022 à Paris.
Deux jours pour approfondir ses connaissances, renforcer ses compétences pour toujours mieux accompagner les parents endeuillés.
Deux jours pour échanger sur les joies et les difficultés rencontrées lors des accompagnements, pour partager sur les projets de l’association et réfléchir ensemble sur les propositions d’accompagnement.

Une formation continue qui a lieu deux fois dans l’année pour permettre à chacune de sans cesse questionner et ajuster sa pratique. C’est à chaque fois l’occasion de retrouvailles très conviviales, génératrices d’une belle énergie pour l’ensemble des participantes. Cette année, ces journées avaient une saveur toute particulière après deux années de distanciation sanitaire qui avaient obligée l’association à organiser les formations en visio.

Ces formations viennent compléter les supervisions et les analyses de pratique très régulières organisées par chaque antenne et auxquelles Agapa est très attachée. Elles sont gages de l’attention et de la qualité avec laquelle nous essayons d’accueillir chacune des personnes qui nous contacte.

Vous souhaitez rejoindre notre équipe d’accompagnantes bénévoles, vous pouvez contacter nos coordinatrices au 01 40 45 06 36 ou contact@agapa.fr
Pour soutenir les missions d’Agapa et participer à la formation des accompagnantes, vous pouvez faire un don sécurisé ici
Toutes les actualités de l’association dans votre boîte mail, en vous inscrivant à la newsletter.

Vers un meilleur accompagnement des familles endeuillées

Une amélioration de l’accompagnement des familles endeuillées

Fin mars 2022, la CAF a proposé une avancée très attendue par la communauté des parents endeuillés en (ré)intégrant les enfants décédés sur le compte des familles concernées. Cela dans une démarche d’amélioration de l’accompagnement des familles endeuillées initié par le Ministère des Solidarités et de la Santé.

En effet, Amélie de Montchalin, ministre de la transformation et de la fonction publiques, et Adrien Taquet, secrétaire d’État auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, chargé de l’Enfance et des Familles, ont réuni le 3 mars 2022 différents acteurs afin de travailler sur l’amélioration du parcours administratif lié à la perte d’un proche, notamment d’un enfant, et annoncer la mise en place d’un plan d’action pour mieux accompagner l’ensemble des Français qui traversent ces épreuves, selon trois axes :

  • Simplifier les démarches et améliorer l’accès aux droits : en adoptant une démarche proactive avec les familles confrontées au décès en leur proposant un interlocuteur unique pour les accompagner à la CAF ou à la MSA ;
  • Améliorer la communication administrative avec les familles : en formant au deuil les travailleurs sociaux et les agents au contact des familles endeuillées, en évitant la disparition douloureuse de l’enfant décédé sur les portails administratifs comme le site de la CAF, et enfin en améliorant les courriers et communication à destination des familles ;
  • Et enfin, faciliter l’accès au soutien psychologique pendant la période de deuil grâce notamment à la constitution d’un répertoire de ressources existantes dans chaque territoire.

La CAF entame les démarches

Ainsi, la CAF a déjà fait une belle avancée en (ré)intégrant, fin mars 2022, les enfants décédés sur l’espace « Mon Compte » des familles concernées afin de « refléter l’historique du foyer, en conservant la trace des personnes décédés ».
Sur le site de la CAF, on trouve également un espace d’information dédié au deuil d’un enfant sur le site. La Caf se fixe comme objectif un accompagnement dédié aux personnes endeuillés. Il doit permettre de :

  • faciliter les démarches ;
  • mobiliser des aides financières pour assurer les frais liés aux décès (obsèques, notaire, mobilité, réorganisation du foyer, thérapie…) mais aussi pour maintenir un équilibre familial et budgétaire ;
  • apporter un soutien dans le quotidien, par l’intervention d’un professionnel à mon domicile ;
  •  proposer un soutien psychologique pour avancer dans le travail de deuil ;
  • rencontrer d’autres personnes dans des situations similaires, au sein d’espaces et de structures spécialisées.

Sur le chemin du deuil, chaque situation est différente.
C’est pourquoi la Sécurité sociale a élaboré cinq livrets présentant l’ensemble des services et des aides à la disposition des parents. Ils seront remis à l’annonce du décès de l’enfant à partir du mois de mai 2022.

Des avancées saluées par les parents endeuillés

Les hommes et les femmes que l’association Agapa accompagne, ont salué cette annonce sur les réseaux sociaux :

« Cela fait chaud au cœur de voir que, peu à peu, notre statut de parent particulier, est reconnu. »

« Il faut du temps, les choses changent et cette reconnaissance est importante pour mieux avancer dans son deuil. »

« Très important que cela avance de ce côté là ! Sinon on rajoute une double peine aux parents, la perte d’un enfant né sans vie et le fait qu’il ne soit pas complètement reconnu socialement. »

Cependant les délais de traitement ne sont pas uniformes sur tous les départements et certains parents ne voient pas encore la modification sur leur compte. Il semble de plus, que certaines situations bloquent les mises à jours automatiques : s’il y a eu séparation des parents depuis le décès du bébé ; s’il y a eu déménagement, avec changement de département depuis le décès.

Le livret de famille aussi va pouvoir évoluer

Cette avancée fait écho avec la récente loi votée en novembre 2021, visant à nommer les enfants nés sans vie. Une loi qui permet de faire figurer un nom de famille à côté du prénom sur l’acte d’enfant né sans vie et depuis peu également sur le livret de famille. Le décret d’application est effectivement sorti le 1er mars 2022, permettant de nommer l’enfant sans vie de manière rétroactive.

L’association Agapa se félicite de ces avancées qui vont dans le sens de la reconnaissance du deuil périnatal  et d’un meilleur accompagnement des personnes endeuillées. Nous nous tenons aux côtés des pouvoirs publics et du gouvernement pour toujours mieux soutenir les hommes et les femmes que nous accompagnons.