Témoignages

Après un accompagnement individuel, un café ou un groupe de parole, nous demandons toujours aux participants de nous faire parvenir, s’ils le souhaitent, un témoignage à partager sur notre site.

Ces témoignages sont autant de messages d’espoir pour les personnes qui viennent à nous à la suite d’une grossesse qui n’a pas pu être menée à son terme.

Nos bénévoles sont également heureuses de témoigner de leur engagement à Agapa.

Retrouvez les témoignages de personnes accompagnées et témoignages de bénévoles

Paroles de bénévoles

L'injustice de ce qui arrive ne doit pas se doubler par le silenceTémoignage de Chloé, bénévole pour Agapa depuis 2020.« Après avoir traversé un deuil suite à une interruption involontaire de grossesse, je me suis demandée comment devenir actrice, et comment transformer cette épreuve en quelque chose qui ait du sens. En effet, l’absence de sens m’a beaucoup pesée, et finalement, chercher à sublimer ce vécu me permet…+Témoignage VIDEO de SabineTEMOIGNAGE VIDEOSabine, accompagnante depuis de nombreuses années, responsable des groupes de parole, témoigne de l’émerveillement qu’elle ressent lors des accompagnements proposés.D’autres témoignages de bénévoles accompagnant-e-s à retrouver ici.Si vous souhaitez devenir bénévoles accompagnantes, vous pouvez contacter nos coordinatrices au 01 40 45 06 36 ou contact@agapa.fr+Témoignage VIDEO de LaureTEMOIGNAGE VIDEOLaure, accompagnante chez Agapa, explique les motivations qui l’ont poussé à devenir accompagnante pour Agapa. Comment son métier de directrice de crèche lui a donné l’envie de trouver les mots pour réconforter les parents vivant un deuil périnatal.D’autres témoignages de bénévoles accompagnant-e-s à retrouver ici.Si vous souhaitez devenir bénévoles accompagnantes, vous pouvez contacter nos…+Témoignage VIDEO de MarieTEMOIGNAGE VIDEOMarie témoigne du chemin qui l’a conduit à s’engager comme bénévole pour l’association AGAPA et de sa mission de communication au sein de l’association.Elle a elle-même été accompagnée par AGAPA lors du deuil qu’elle a vécu il y a quelques années. D’autres témoignages de bénévoles accompagnant-e-s à retrouver ici.Si vous souhaitez devenir bénévoles accompagnantes, vous…+Témoignage VIDEO de AnneAnne, accompagnante chez Agapa et psychologue de formation, nous explique ce qui l’a mené à s’engager comme accompagnante bénévole pour l’association.D’autres témoignages de bénévoles accompagnant-e-s à retrouver ici.Si vous souhaitez devenir bénévoles accompagnantes, vous pouvez contacter nos coordinatrices au 01 40 45 06 36 ou contact@agapa.fr+Témoignage VIDEO de BénédicteBénédicte, accompagnante chez AGAPA depuis 7 ans témoigne de son engagement comme accompagnante et animatrice de groupes de parole AGAPA.D’autres témoignages de bénévoles accompagnant-e-s à retrouver ici.Si vous souhaitez devenir bénévoles accompagnantes, vous pouvez contacter nos coordinatrices au 01 40 45 06 36 ou contact@agapa.fr+Témoignage VIDEO de ChristineTEMOIGNAGE VIDEOChristine, accompagnante chez AGAPA depuis 2004, témoigne de son engagement comme accompagnante et vice-présidente de l’association AGAPA. Elle explique comment ses professions de sage-femme et de conseillère conjugale et familiale l’ont amené à s’engager chez AGAPA. Elle témoigne de sa responsabilité particulière en tant que responsable des formations aux professionnels, de ce qu’elle aime…+
Témoignage d'accompagnante : LaureEn 2010, une amie m’a proposé de suivre la formation à Agapa. Je n’ai pas hésité à accepter bien que je ne réalisais pas vraiment ce que recouvrait un parcours d’accompagnement.Après cette formation, j’étais impatiente de mettre en pratique tout ce que j’avais pu acquérir. Malgré l’appréhension du début, je réalisais très vite combien le…+Témoignage d'accompagnante : ElisabethDans le milieu professionnel mais aussi dans mon entourage personnel, j’ai été touchée par la souffrance de femmes confrontées à la mort périnatale et par leur grande solitude.J’ai eu la chance de connaitre l’association Agapa. J’ai été appelée à suivre une formation d’accompagnante. Cet engagement à Agapa me permet d’exercer la compassion et la miséricorde…+Témoignage d'une bénévole : AnneMon parcours vers la maternité a été marqué par des fausses couches à répétition et deux de mes filles sont décédées in utero. A cette époque, j’ai rencontré sur un forum internet d’autres femmes qui avaient traversé des épreuves similaires. Nous avons créé des liens d’amitié très profonds, nous nous sommes rencontrées. Certains de nos…+Témoignage d'accompagnante : LaureAu cours d’un congrès de Yoga en 2008 j’ai rencontré une participante psychiatre de formation et impliquée pour Agapa puisque responsable de la supervision des écoutantes. Son enthousiasme extraordinaire pour l’association m’a convaincu pour faire la formation d’une semaine et mieux comprendre ce que propose Agapa.Cette formation d’une semaine nous permet une vraie immersion dans…+Témoignage d'accompagnante : Alice Il y a 15 ans, frappant à la porte d’Agapa dont la mission me paraissait un défi inouï, j’ai reçu un accueil simple, sincère et ouvert. La formation qui a suivi, longue, solide et sérieuse a changé mon regard, profondément.J’ai aimé ce qui animait cette équipe et ce qu’elle essayait d’offrir : écoute toujours bienveillante, justesse,…+Témoignage d'accompagnante : Marie-ChristineC’est en 2007 que j’ai fait ma formation à Agapa. C’est par hasard que j’ai connu cette association. En effet, c’était une période de ma vie où j’avais un peu plus de temps et je me sentais disponible pour me tourner vers les autres. J’ai toujours aimé le contact humain dans le dialogue et l’écoute.…+

Paroles de personnes accompagnées

J'ai réalisé que d'autres femmes étaient dans le même état que moi...Un café-rencontre…Maman de 38 ans d’une grande fille née en 2012, nous avons souhaité, mon mari et moi agrandir notre famille en 2017.Malheureusement, notre projet a pris du temps car j’ai dû subi une opération chirurgicale de l’utérus fin 2018. Nous avons décidé de reprendre les essais bébes fin 2019.Févier 2020, je tombe enceinte de…+Savoir que je pouvais compter sur elle...Je suis très reconnaissante envers mon accompagnante Agapa, qui a su me soutenir dès le début de la perte de notre petit garçon. Avoir ce repère, et savoir que je pouvais compter sur elle dans les moments les plus difficiles m’a été d’une grande aide.Merci à l’association Agapa qui fait un travail énorme et qui…+J'ai pu reconsidérer mon histoire, cet acte, le pourquoi, le comment.Témoignage de  Melissa, suite à une IVGQuand j’ai poussé les portes de l’association AGAPA, j’étais en phase de dépression sévère et majeure qui découlait directement de L’IVG que j’avais faite 11 ans auparavant ! Ce secret, qui n’était connu que de ma sœur (à l’époque), était devenu bien trop lourd à porter pour mes épaules…+accompagnement après une fausse-coucheUn accompagnement après une fausse-coucheAprès ma fausse couche, je me suis retrouvée dans une très grande solitude.J’ai trouvé avec Agapa une oreille attentive & bienveillante.Le suivi individuel quasiment hebdomadaire m’a permis de m’exprimer, mettre les mots sur cette épreuve et laisser aller mes émotions.Merci à mon accompagnante pour son soutien sans faille, sa disponibilité et…+Je me sens plus apaisée et heureuseTémoignage d’une femme qui a vécu 2 fausse-couches puis 1 IMG.Cette expérience m’a beaucoup aidée à traverser cette période mouvementée. Le programme d’accompagnement individuel est très bien conçu et aide à aborder des sujets fondamentaux auxquels on ne pense pas forcément ou qu’on n’a pas envie d’aborder, c’est pour cela que c’est important de le…+Eclairer mon chemin sans jamais forcer les chosesTémoignage de Julie, qui a vécu une mort in uteroMerci à Agapa et surtout à mon accompagnatrice, mon guide, pour m’avoir tenu la main pendant un peu plus d’une année, pour avoir affronté avec moi cet enfer que je vivais sans savoir où j’allais, pour avoir continué d’être à mes côtés même quand j’étais bloquée…+J'ai pu raconter mes bébés autant de fois que j'en ai eu besoin.Témoignage d’une femme qui a suivi un parcours individuel après 2 fausse-couche et 1 IMG.L’accompagnement Agapa a été aussi bénéfique que possible, j’ai pu raconter mes bébés en détails autant de fois que j’en ai eu besoin et être soutenue dans ces deuils.Les rencontres étaient adaptées au fur et à mesure (lieu, heure, fréquence), avec…+Un moment pour faire exister mon petit bébé.Témoignage après une fausse-couche.Les premières séances, j’étais très émue, profondément triste après la perte de ce cinquième bébé à la suite de ma fausse-couche, et en même temps très en colère. Je pleurais sur le trajet. Mais, en même temps, c’était un moment pour moi, pour déposer toutes mes larmes et faire exister mon petit…+Comme un repère important qui marquait mes semainesTémoignage de E. qui a suivi un parcours individuel après une IMG.« J’ai démarré le parcours individuel 1 mois après avoir perdu ma fille suite à une IMG à 7 mois de grossesse, je savais que j’avais besoin d’être aidée mais je ne savais pas exactement comment. Et finalement le parcours était exactement ce qu’il fallait…+Je ne pouvais pas continuer de vivre avec un tel poids dans ma vieTémoignage d’une femme accompagnée suite à une fausse-couche.Cela faisait bientôt 3 ans que je vivais avec ce malheur, ce mal être au fond de moi.Pensant que le temps ferait son œuvre, je me suis habituée à vivre avec.Puis un jour, je me suis rendu compte que ce n’était pas normal d’être triste à ce point…+Mettre des mots sur ces larmes...Mettre des mots sur ces larmes : témoignage de Elsa, accompagnée par Agapa après le décès de ses triplés.C’est avec beaucoup de gratitude aujourd’hui que je trouve enfin les mots pour traduire ce chemin avec mon accompagnante Agapa. En décrochant mon appel, elle m’a sauvé.Mon monde venait de s’écrouler. J’étais anéantie.J’avais perdu mes triplés après…+Savoir comment d'autres traversent cette épreuve aide beaucoupTémoignage d’un papa participant à un café-rencontre entre hommes, après un deuil périnatalLe 23 Janvier 2019 notre bébé est sur le point de naître, quand brutalement un accident survient pendant l’accouchement. L’équipe médicale intervient en urgence mais notre bébé est privé d’oxygène trop longtemps. Léandre naît dans des conditions atroces, après une réanimation et il…+Café-rencontre hommes : Un tournant dans la gestion des blessuresTémoignage de Baptiste, qui a participé à un café-rencontre sur le deuil périnatal, réservé aux hommes.Le deuil périnatal est un cheminement très personnel, justifiant le fait que certains parents désirent affronter cette épreuve dans un cercle fermé, parfois familial ou amical, mais plus certainement uniquement au sein du couple.Chaque parent réagit avec sa sensibilité dans…+Témoignage de SofiaJ’ai perdu un enfant, mon premier, peut-être mon seul, au cours de ma grossesse.Je portais depuis, non plus la vie, mais une lourde tristesse qui semblait vouloir grandir et que je ne pouvais partager. Je me sentais envahie par elle, je commençais à avoir besoin d’aide …. et j’ai trouvé l’association AGAPA.J’y ai trouvé de…+Témoignage d'un donateurJ’ai connu AGAPA par une amie qui en est membre, et qui a parlé de l’association à son entourage.J’ai souhaité soutenir l’association car le deuil périnatal est très souvent étouffé et refoulé et qu’il y a très peu d’aide pour les personnes concernées et leur entourage. J’avais connu cette situation à deux reprises dans ma…+Témoignage d'un donateursJ’ai décidé de témoigner à fin de pouvoir remercier Agapa, grâce à qui j’ai pu continuer à avancer , malgré l’épreuve douloureuse que je traverse depuis maintenant 2 ans.C’est par un prospectus transmis par un professionnel de santé, lors du décès pré-natal de ma fille, que j’ai découvert l’association Agapa.Après quelques recherches rapides sur internet…+Un moment dédié à mon petit bébé  Après la perte de mon bébé à 20 SA, d’une mort foetale in utero, j’ai bénéficié de l’accompagnement individuel d’Agapa. L’accompagnante a été formidable. Nous nous sommes rencontrées une quinzaine de fois, en suivant le cheminement proposé par Agapa.En faisant cet accompagnement, j’ai bénéficié d’un soutien sans faille, d’une écoute de qualité et de…+Témoignage d'un homme dans un groupe de paroleLes groupes de parole de l’association AGAPA ont eu un impact énorme sur notre travail de deuil.C’est un espace qui intègre les papas et c’est assez rare pour être souligné. Ces rencontres nous ont permis de trouver une manière de communiquer au sein de notre couple.Nous nous sommes sentis soutenus, compris et tout simplement moins…+J'étais perdue... et j'ai retrouvé mon chemin !J’ai été accompagnée par Agapa suite à ma 8ème fausse-couche. Maman de 2 beaux enfants en bonne santé, mes grossesses ont été très compliquées et difficiles à vivre à chaque fois. Je pensais avoir été habituée aux fausses-couches depuis près de 10 ans, mais cette dernière fausse-couche en janvier 2020 m’a anéantie. Je n’arrivais plus…+Lettre d'une maman à son fils - deuil périnatalHenri, Henri, tu as laissé un grand vide dans mon corpsVoilà 40 ans déjàEt je pense presque chaque jour encore à toiJamais je n’oublierai ce jour où pensant te donner la vieTu l’as quitté sans que je sache pourquoiOn ressent le néant quand on perd un enfantEt ce tout petit être que l’on aimerait tenir dans…+Mon avortement à moi fut désespéré...Il existe autant d’avortements que de femmes. L’avortement est un acte individuel, personnel, un acte de couple, un acte physique, psychologique, sociétal, économique, politique. Il touche à tous les domaines de notre société et de l’humain, il touche à la vie. La femme, parce-qu’elle est physiquement dépositaire de la vie – sans en avoir eu…+Témoignage d'un homme de 25 ans sur l'IVGJe suis un homme de 25 ans, ma petite amie de 22 ans a été obligée par la pression de sa famille de pratiquer une IVG au 3e mois de sa grossesse. J’avais accepté l’idée d’être père bien que cela n’ait pas été planifié et pour elle non plus.J’ai contacté l’association Agapa pour elle à…+Sur mon IVG, il y a un "avant" et un "après" AgapaJ’ai avorté à l’âge de 21 ans, et je l’ai vécu à l’époque, comme un « non événement », comme une « opération technique » à peine plus compliquée que de prendre la pilule, puisqu’il était hors de question pour moi de devenir mère si jeune. Les années ont passé et j’y ai très peu repensé jusqu’à l’âge de…+Agapa a sauvé ma maternité !Je venais de vivre ma troisième fausse couche fin 2012 lorsque j’ai entendu parler pour la première fois d’AGAPA.J’étais suivie depuis plusieurs mois par une psychothérapeute sophrologue mais au vu de ma détresse, elle m’a conseillé de me tourner vers une association habituée à rencontrer le deuil périnatal.C’est au cours de mes  recherches sur internet…+Prendre conscience de mes richessesJ’ai été accompagnée par l’association Agapa d’octobre 2018 à juillet 2019 suite à une IVG post-viol pratiquée à 13 semaines d’aménorrhée le 10 mai 2010.En souffrance psychique depuis plus de 8 ans suite à cette interruption de grossesse, je recherchais un  accompagnement au deuil périnatal qui prenne en compte la dimension spirituelle de ma blessure.…+C'est l'accompagnement qui m'a fait le plus de bien...J’ai contacté AGAPA suite à ma 4e fausse-couche. J’allais très mal et j’ai cherché sur internet si des associations de soutien existaient. J’ai d’abord participé à un café rencontre un samedi matin. Cela m’a permis d’échanger avec d’autres femmes dans la peine.Mais c’est surtout quelques mois plus tard, juste avant Noël, quand j’allais vraiment mal,…+Retrouver d'autres émotions...Après une fausse couche en 2015 et une IVG en 2016, ma vie a tourné au ralenti pendant 2 ans. Instinctivement, j’ai eu envie d’aller mieux car je me suis sentie prête et un jour, en faisant des recherches, j’ai trouvé les coordonnées d’AGAPA sur le net.Au départ, je voulais me joindre à un café-rencontre…+J'avais juste besoin de respirer...J’avais juste besoin de respirerJ’ai pris contact avec Agapa alors que j’avais la sensation d’étouffer.Je ne pense pas que j’étais à la recherche d’une « solution » mais j’avais juste besoin de respirer.Ce n’est qu’au fil des rendez-vous que j’ai effectivement pris conscience de ce qu’il s’agissait d’un chemin, d’une visite de soi, tel que…+J'ai tellement découvert sur moi même...Le 15 octobre 2018, j’ai accouché de mon fils Valentin, né sans vie. J’ai eu une IMG.Quelques semaines plus tôt nous apprenions qu’il était atteint du Spina Bifida. Le début du cauchemar pour nous.Ce jour-là fut le plus dur de toute ma vie mais aussi le plus beau car je rencontrais mon fils si attendu.Ensuite…+Trouver des repères communs face à ces épreuvesTémoignage de Florent,Après une IVG, suivie quelques mois plus tard par une fausse couche encore plus douloureuse, ma partenaire a senti le besoin de se faire accompagner.Moi qui n’avais pas instinctivement l’idée de me tourner vers une association, je l’ai accompagnée dans cette démarche, car ce genre d’épreuve se soigne mieux à deux.On a chacun…+Trouver de nouveaux projets de vieAprès ma dernière fausse-couche, très douloureuse, je me sentais tellement perdue que j’ai recherché des explications dans la religion et dans des livres…C’est à ce moment que j’ai découvert Agapa.N’ayant pas la force de retourner voir les psychologues de l’hôpital où s’est déroulé mon drame, je me suis tournée vers cette association.J’ai beaucoup apprécié l’organisation…+J'ai retrouvé confiance en l'avenirJ’ai appelé AGAPA alors que j’étais au plus bas. J’avais déjà suivi des thérapies qui m’avaient amené à travailler sur moi suite à l’avortement, mais je n’avais réussi à voir la fin des crises d’angoisse, de pleurs, et de ma culpabilité.J’ai été contactée très rapidement par une accompagnatrice très bienveillante, douce et réfléchie. Elle m’a…+Fausse-couche : témoignage d'une accompagnéeRepartir sereinement dans cette grande aventure qu’est la vie après une fausse-coucheJ’étais enceinte de deux mois et demi lorsque nous avons perdu notre bébé.C’était ma première grossesse, nous étions infiniment heureux et puis j’ai fais une fausse couche. L’expulsion naturelle s’est déclenchée à notre domicile et j’ai dû ensuite être hospitalisée d’urgence car tout ne…+Je suis fière de pouvoir parler sans pleurer de notre filleJ’ai vécu une IMG que j’ai occulté pendant 20 ans, préférant enfouir bien trop d’émotions et j’ai fermé la porte à la souffrance.Grâce au programme intense d’Agapa, et surtout grâce à la bienveillance de M-O, qui a su m’écouter sans me juger, j’ai pu ouvrir cette porte tout doucement et comprendre ce qui était bloqué…+Je me suis sentie écoutée, sans jugementsJ’ai perdu mon bébé à 5 mois de grossesse suite à une pré éclampsie sévère avec HELP syndrome. Je cherchais désespérément du soutien, et j’avais envie de rencontrer des personnes qui vivent la même chose que moi.Je me suis inscrite au café rencontre 2 mois après.Le café rencontre AGAPA m’a énormément aidée :– cela m’a…+Témoignage après le café-rencontre pour la journée de sensibilisation au deuil périnatalJe tenais à vous remercier pour nous avoir accueilli au café-rencontre après un deuil périnatal.Cela n’a pas été évident, nous sommes venu mon mari et moi avec des espérances mais sans trop savoir ce que nous pouvions en attendre …. et finalement nous avons rencontré des bénévoles à l’écoute, des parents avec des histoires touchantes…+Témoignage café-rencontre  Depuis mon avortement il y a plus de cinq ans, j’étais dans le déni, je ne voulais pas regarder en face ce qui s’était passé, je ne pouvais prendre connaissance du moindre témoignage d’une autre femme ayant vécu cela tant j’avais le sentiment que cela trahirait mon propre ressenti.Je me suis fait violence en m’inscrivant…+
Je n'oublie pas, mais j'ai recommencé à vivreQuand j’ai frappé à la porte d’AGAPA, cela faisait 5 ans que j’avis vécu un avortement. j’étais restée bloquée dans le passé, au moment où j’étais enceinte. Le futur, le champ des possibles, étaient fermés. Je ne voulais pas laisser mon bébé partir. Ma souffrance jetait un voile gris sur l’ensemble de ma vie, je…+La tempête est passée Nous avons apprécié l’aide de notre accompagnante AGAPA pendant plus d’une année, dans cette dure épreuve qu’est le deuil.La perte d’un enfant, un choc auquel personne n’est préparé, si violent qu’il vous pétrifie et vous fait plonger dans la dépression, et qui sans suivi ou aide est terrible. Il doit être suivi pour en limiter les séquelles. Certes, nous ne serons jamais entièrement…+Apprendre à "vivre avec"J’ai découvert Agapa il y 3 ans mais à ce moment-là je ne pouvais pas commencer le parcours pour plusieurs raisons.Lorsque que j’ai enfin pu entamer le suivi je suis arrivée au rendez-vous remplie de tristesse, de colère, d’amertume, de honte et de culpabilité. Le parcours Agapa m’a permis de faire face à la réalité…+Merci pour toutMerci Agapa, merci à mon accompagnante Sophie.Il est des obstacles dans la vie à passer, et Agapa m’a été d’un immense soutien.Le parcours est tellement bien fait que je me suis laissée porter, et au fil des mois, j’ai appris à mieux me connaître, à comprendre mes réactions et à grandir sans m’en rendre compte.Quelle joie d’être entourée de…+Guérir les blessures en profondeurAprès mon IVG j’ai mis du temps à me rendre compte de mon mal être. Je me sentais incomprise avec tout le monde : mes amies, ma famille, mon compagnon, et même les médecins.J’ai trouvé en AGAPA l’écoute neutre et bienveillante qu’il me fallait. La durée de l’accompagnement et le rythme des entrevues permettent un…+Un réel soutienC’est mon mari qui a contacté pour nous l’association AGAPA car à la suite de la pire décision de notre vie, celle d’avoir recours à une IMG à 30SA pour ce bébé que nous avions tant désiré , nous étions dans un profond désarroi.Personnellement j’étais dans une totale détresse, incapable de m’appuyer sur le soutien…+l'oubli n'est pas la clé...Quelques mois après une IVG douloureuse psychologiquement et physiquement, je suis au fond d’un gouffre abyssal…Je ne me reconnais pas… Mon mari a senti cette détresse mais il ne savait plus quoi faire pour m’aider.Il a donc cherché des pistes sur internet et m’a donné le mail d’Agapa. J’ai envoyé un premier message, comme une…+J'avais une image de moi très basse...L’association AGAPA m’a énormément aidée. Grâce aux rencontres, j’ai pu confier à une personne très à l’écoute tous mes doutes, mes peurs, ma tristesse. Heureusement que cette personne était là pour me soutenir durant cette période.L’exercice qui m’a été le plus utile a été de faire le compte de toutes mes qualités. J’avais une image…+Un chemin empreint de délicatesse...Mon parcours a débuté par hasard, lorsque, quelques jours après une interruption de grossesse volontaire, en raison de la toxoplasmose attrapée tôt dans la grossesse, je consultais Internet en notant l’intensité des sentiments de vide et d’incompréhension qui m’avaient submergés. Je tombais sur ces pages, celles que vous consultez, sur ces témoignages qui ont résonné…+Je me projette à nouveau dans l'avenir...J’ai découvert AGAPA 9 mois après mon IVG, à l’époque où cet enfant aurait dû naître … mais j’étais aussi morte que lui.La honte, le remord, la culpabilité pesaient plus lourd que toute l’envie et la joie de vivre que j’avais connu jusque là.Dans la société d’aujourd’hui l’IVG est perçue comme anodine et pourtant honteuse, c’est…+Le deuil d'un père ....Le 30 sept 2015 notre vie s’est arrêtée aux urgences à l’annonce de la mort de notre fille ; un soir où, comme un coup de tonnerre s’est abattu sur notre petite famille.L’annonce a été violente, je n’arrivais pas à comprendre pourquoi ma fille, oui elle, nous avait quitté. Je n’étais pas préparé à ça……+Les fausse-couches furent des épreuves mais elles font partie de mon histoireQuand je me suis mise en contact avec Agapa, je n’avais qu’un chiffre en tête : le « quatre ».C’était le nombre de fausse-couches que j’avais vécues. Quatre c’est le nombre de fois où j’ai senti la joie d’un début de grossesse pour être déçue par la suite. J’ai voulu voir grandir ces quatre enfants et m’occuper…+Je ne lutte plus contre ma culpabilitéIl était une fois deux jeunes étudiants insouciants qui se sont rencontrés lors d’une soirée. Rien ne s’y prêtait pourtant. J’aimais rire, bouger, danser ; lui était très brillant intellectuellement et aussi très sérieux, et ce sont ces deux qualités qui ont facilité notre approche réciproque. Nous sommes en octobre 1975. Quelques mois plus tard je…+Oublier est chose impossibleJ’ai été suivie par une accompagnante AGAPA durant près de 7 mois.Après l’IVG, j’ai vécu des émotions multiples, dont un grand sentiment de vide et une culpabilité sans égal. J’ai, suite à cela, plongé dans une dépression de plusieurs mois.Arès avoir oscillé pendant quelques semaines entre l’envie de vire et celle de mourir, j’ai choisi…+Un chemin s'est ouvert pour moiLorsque je suis arrivée à Agapa, quelques années après mon avortement, j’étais encore dévastée, en asphyxie, essayant de survivre, d’inventer ma vie; j’avais le souffle court et tout s’épuisait très vite. Je ne savais pas lequel des deux était le plus mort, l’enfant ou moi. Aucune échappatoire possible à la douleur, aucun horizon envisageable.A Agapa,…+Au fil des rencontres, ma vie a pris un nouvel élanJ’ai aujourd’hui 45 ans. Les années ont passé très vite depuis mon avortement à une vingtaine d’années.Depuis je n’ai jamais eu d’enfant. C’est une grande douleur, car j’ai toujours rêvé de fonder une famille, sans y parvenir. Mais la vie me comble d’autres manières, d’ailleurs dans mon métier j’accompagne des enfants chaque jour, ce qui…+Sur le moment, j'ai cru que ce n'était rien du tout ....En 2014, j’ai perdu mon bébé à 3 mois de grossesse. Sur le moment j’ai pensé que ce n’était rien du tout. Je voulais aller de l’avant, faire bonne figure pour mon mari et nos enfants, j’avançais à la force du poignet, pour que la vie continue.Mais au bout de quelques mois, j’ai commencé à…+Le groupe de parole, pour être entendue et compriseLorsque nous avons perdu notre fille, à 6 mois de grossesse suite à une IMG, le monde s’est écroulé. Tous les projets autour de ce nouvel enfant se sont évaporés si brutalement que je n’avais plus goût à rien. Après la violence de l’acte à la sortie de l’hôpital je me retrouvais seule avec ma…+Mon parcours Agapa m'a permis de comprendre ce qui s'est passéNous sommes en octobre 2012.J’ai 32 ans, je suis mariée, j’ai deux enfants.Je suis heureuse.Mais, au milieu de tout ce bonheur, l’ombre du souvenir de mon IVG, qui a eu lieu en 2000, plane. Je pleure parfois. Je pleure à grosses larmes. Et je ravale tout. Ma vie doit continuer.Puis, ce jour où je pleure…+Et la peine s'est faite plus douce ....Après la naissance d’un premier enfant j’ai vécu trois fausses couches précoces… Une douzaine d’années plus tard, face à un contexte professionnel difficile, la douleur a refait surface intensément. J’ai découvert alors, par internet, l’existence de l’association. AGAPA a permis ce que moi-même, les médecins et l’entourage ne nous autorisions pas depuis plus de quinze…+Aujourd'hui j'aborde la vie avec sérénitéJe suis tombée enceinte, un peu miraculeusement, suite  à de nombreux problèmes gynécologiques et aux diagnostiques très pessimistes des médecins concernant ma fécondité.A 3 mois de grossesse, nous avons dû réaliser une IMG de façon assez précipitée et providentiellement nous avons très vite été orientés vers AGAPA.Dans la souffrance mais la volonté de me reconstruire,…+Aujourd'hui, je me sens forteSuite à des soucis hormonaux mon fiancé et moi pensions que je tomberais enceinte au bout de plusieurs mois. Malheureusement pour moi, en février 2013, je suis tombée enceinte 3 mois après l’arrêt de pilule, ce qui a perturbé monsieur et s’est rendu compte qu’il n’était pas prêt et ne savait plus ce qu’il voulait.…+Témoignage d'un homme, accompagné par AgapaJ’ai contacté AGAPA avec mon épouse suite à la perte de notre enfant lors d’un avortement qui avait eu lieu des années auparavant. La tristesse était toujours présente ainsi qu’un sentiment de culpabilité diffus qui empoisonnait le quotidien. Nous ressentions également que cet acte avait de multiples ramifications, souvent insoupçonnées, qui dégradaient l’unité de notre…+Je ne voyais plus d'issue ...Lorsque j’ai téléphoné un jour à l association je me sentais au fond du trou. Je ne voyais plus aucune issue face à la culpabilité écrasante,  le sentiment d’échec absolu, le vide, la tristesse que j’ai ressentis lourdement quelques temps après avoir vécu une IVG.Je ne parvenais pas à en sortir toute seule. Ma douleur…+Ouvrir un chemin de pardonA la suite d’un rendez-vous chez une gynécologue, j’ai pris conscience de la honte que je pouvais ressentir à dire que j’avais avorté. Je me suis dis que c’était le moment, qu’il était temps que je me réconcilie avec cet événement faisant partie de ma vie, que je l’y intègre, que je n’ai plus honte…+Je n'étais pas sûre d'avoir vraiment besoin d'aideJ’avais entendu parler d’Agapa par une amie, et aussi par l’aumônerie de l’ hôpital où je venais de faire une fausse couche.J’étais très triste, surtout que j’avais aussi eu un bébé mort in utéro 10 ans plus tôt. Mais je n’étais pas sûre d’avoir vraiment besoin d’aide pour surmonter cette épreuve, surtout que j’avais déjà…+L’accompagnement pour avancer dans ma vie après une IVGJe suis une jeune femme de 25 ans qui a eu recours à l’avortement. Dans cette période de ma vie où je débarquais seule dans une ville que je ne connaissais pas. Mon partenaire de vie était à l’étranger, à l’autre bout du globe. Je l’ai très mal vécu, j’étais seule, terriblement seule. J’ai essayé…+Un tremplin pour me remettre debout« J’ai passé de longues années à souffrir seule dans mon coin, avec un sentiment de tristesse qui ne me quittait plus, sans compter la culpabilité qui m’habitait. Je portais mon avortement comme un fardeau. Je refusais inconsciemment d’être heureuse comme pour me punir de l’acte monstrueux que j’avais commis. Je pensais parfois qu’avec le temps la blessure se…+Etre enfin entendue et comprise« J’ai 32 ans et il y a deux ans et demi, j’ai dû subir une interruption médicale de grossesse (IMG) pour soigner un lymphome.La priorité des mois qui ont suivi étant de sauver ma vie, mes proches se concentraient à m’insuffler tout le courage dont j’avais besoin pour me soigner, en évitant soigneusement de me…+Un cheminement bienfaisantQuelques semaines après avoir terminé mon parcours avec Agapa, je souhaiterais témoigner de mon expérience à vos côtés, afin de peut-être permettre à d’autres parents endeuillés de s’engager dans ce cheminement qui m’a fait tellement de bien.J’ai contacté Agapa juste après ma seconde fausse couche, avec un besoin urgent d’être entendue, de libérer mes émotions et ma parole. Déjà maman…+Une aide encore pour chaque jour« J’avais entendu parler d’Agapa à la radio (RCF) et dans un dossier dans le magazine La Vie. A plusieurs mois d’écart, peut-être même plusieurs années. Plus de 17 ans après l’IVG, c’étaient comme deux fenêtres ouvertes et qu’il fallait que j’emprunte. Elles sont restées ouvertes jusqu’à trouver le courage d’appeler, puis de venir auprès d’Agapa.…+Une « renaissance inattendue »« J’ai connu Agapa deux ans après mon IVG, deux ans durant lesquels je croyais m’en sortir « plutôt bien »…Je pansais lentement mes blessures liées à ma séparation d’avec celui avec qui j’avais voulu devenir mère. Je pensais guérir en acceptant les désillusions que la vie apporte, même sans les comprendre.Mais inconsciemment je mettais de l’ombre sur cette partie…+Je me sens plus sereine et réconciliée avec moi-même En août 2008, j’ai avorté. J’étais enceinte de 7 semaines, de l’homme qui est aujourd’hui mon mari. A l’époque, nous venions de nous rencontrer et je manquais de stabilité sur le plan affectif. J’ai alors fait un choix dans l’urgence, choix que j’ai toujours regretté par la suite, et auquel j’évitais de penser.A l’époque, j’étais…+Reprendre confiance en la vie et garder espoir« Suite à la perte de mon premier bébé au cours du septième mois de grossesse par IMG en juillet dernier, j’ai eu le grand besoin d’en parler et surtout de me faire aider tant cette épreuve était difficile. J’ai décidé de contacter l’association Agapa, dont mon médecin traitant m’avait alors donné les coordonnées. Ceci fut…+Ce parcours à Agapa m’a « sauvé la vie »Ce parcours à AGAPA m’aura tellement aidé que je pourrai presque dire m’a « sauvé la vie ». Je m’étais rapidement fait suivre après mon IVG vécue à 16 ans par une psychiatre. Cela m’avait un peu aidé sur le coup, mais quand j’ai commencé à faire des crises d’angoisse et autres réactions physiques inquiétantes, je me…+Etre écoutée et accompagnéeEn prenant contact avec l’Association AGAPA, je me suis dit : voilà peut-être enfin une possibilité d’exprimer ma souffrance liée à l’IVG. Cela faisait 8 ans que je culpabilisais et étais rongée par les remords dûs à ces interruptions. J’étais dans un état épouvantable, quelque chose en moi était brisé et sclérosé.Dire que grâce à…+